Refaire son électricité en 2018 prix(cout) et conseils

LE DIAGNOSTIC ELECTRIQUE

 

Dans un logement, l’installation électrique peut être une source d’accidents graves (incendie, électrocution). Aussi, il est impératif qu’elle soit vérifiée par un professionnel.

Avant de démarrer tous travaux concernant l’électricité de votre logement, faites réaliser un diagnostic de l’installation (à moins que celui-ci ne vous ait été remis dans le cadre de l’acquisition du logement). Ce diagnostic a pour but d’identifier les travaux nécessaires pour mettre aux normes une installation.Il traite notamment des points suivants :

Vérification de l’armoire électrique, de la présence d’une prise de terre et de la mise à la terre, des dispositifs de protection différentielle en tête d’installation et des protections contre les surintensités, Présence de la liaison équipotentielle et vérification de l’installation électrique de la salle de bain.

Le diagnostic sera en général réalisé par l’artisan ou l’entreprise électrique à qui vous envisagez de confier les travaux. Si toutefois le remplacement de l’installation électrique fait partie d’un programme de travaux plus importants, c’est l’architecte qui fera le diagnostic et définira avec vous le programme des travaux.

Mise en garde

 

Attention à la salle de bain ou à la salle d’eau !

 

L’électricité peut présenter un vrai danger dans toutes les pièces où il y a de l’eau. Il faut donc particulièrement faire attention à la sécurité et à la qualité de l’installation électrique dans cette pièce.

Les travaux de mise en sécurité de l’installation électrique figureront le cas échéant dans le diagnostic électrique. Ils devront être une priorité en termes de planification de vos travaux.

Le diagnostic pourra être réalisé par l’artisan ou l’entreprise électrique à qui vous envisagez de confier les travaux. Si toutefois le remplacement de l’installation électrique fait partie d’un programme de travaux plus importants, c’est l’architecte qui fera le diagnostic et définira avec vous le programme des travaux.

Dans le cadre d’une rénovation de votre installation électrique, il est nécessaire de faire le point des besoins en puissance du logement pour :

Estimer la puissance à souscrire auprès du fournisseur d’électricité
Pour établir ce bilan :

Faites la liste des appareils électriques à alimenter (chauffage, chauffe-eau, télévision, équipements de la cuisine, outillage pour le bricolage…) en identifiant les puissances électriques dont ils ont besoin (les puissances sont marquées sur l’emballage ou la fiche produit),

  • faites la somme des puissancesselon des scenarios de fonctionnement pour optimiser le bilan de puissance : en effet, tous les équipements ne fonctionnent pas en même temps.

Pour donner un ordre de grandeur, le besoin en puissance d’un logement peut aller de 9kW pour un appartement sans chauffage électrique à 12kW pour un appartement avec chauffage électrique, et jusqu’à 35kW pour une grande maison avec atelier de bricolage.

 

Refaire sa distribution électrique

Dans le cas de travaux sur de l’existant, c’est le passage en plinthe qui sera la solution la plus commode, sauf pour l’alimentation de l’éclairage en plafond et le raccordement de celui-ci à l’interrupteur, qui seront encastrés.

 

IMPLANTATION DES PRISES DE COURANT

Pour le nombre et l’implantation des prises de courant 16A, réfléchissez bien à la disposition de vos pièces et à la localisation des équipements à alimenter. L’idéal est d’avoir les prises de courant au plus proche de ces équipements pour ne pas avoir des longueurs de fils électriques par terre. 

La règlementation indique un nombre minimum de prises fixes pour les pièces de vie. Cela donne une idée du minimum acceptable :

 

  • pour les chambres, trois prises de courant 16A + T réparties en périphérie,
  • pour le séjour, 5 prises de courant 16A + T,
  • pour la cuisine, 4 circuits spécialisés pour les appareils électroménagers de forte puissance (cuisinière, lave-linge, lave-vaisselle, four, réfrigérateur, congélateur) et 6 prises de courant 16A + T pour les petits appareils électroménagers (grille-pain, cafetière, robots divers).

 

Si votre installation est déjà aux normes et que vous souhaitez compléter la distribution électrique de votre salle de bain, attention : celle-ci est très contrainte par la règlementation.

Autour de la baignoire et la douche, la norme NF C15-100 définit quatre volumes qui déterminent les caractéristiques de protection des matériels et appareillages électriques.

C’est logique : plus on est proche de la baignoire ou de la douche, plus le risque d’électrocution est important.

 

Le tableau électrique a une fonction essentielle de protection des occupants contre les risques électriques. Chaque circuit doit être protégé par un disjoncteur différentiel 30mA, dispositif à haute sensibilité qui coupe le courant en cas de défaut de l’installation pouvant mettre les personnes en danger par électrocution. (Il détecte en effet les fuites de courant vers la terre).

En outre, l’installation électrique doit impérativement comporter un circuit de mise à la terre. Les installations anciennes peuvent ne pas comporter de circuit de mise à la terre. Si c’est le cas, il faut impérativement remédier à cette situation qui nécessite l’intervention d’un électricien qualifié.

La coupure automatique et quasi instantanée de l’alimentation électrique d’un appareil présentant un défaut accidentel (contact d’un conducteur avec une masse métallique par exemple) constitue un principe essentiel pour assurer la sécurité des personnes en évitant les chocs électriques.

Cette protection repose sur deux conditions :

  • l’existence d’un lien des masses des matériels électriques à une prise de terre. La prise (à 3 broches) et le câblage doivent assurer cette liaison, qui doit aboutir à une mise à la terre de l’installation ;
  • la présence, dans le tableau électrique, d’un disjoncteur différentiel adapté.
  • Pour le câblage «apparent », les conduits assurant la protection des câbles doivent être continus. Les plinthes et goulottesdoivent donc être mises en œuvre avec leurs accessoires appropriés notamment aux changements de direction.
  • Pour le câblage en « encastré », les câbles ne doivent pas être noyés directement dans les matériaux de construction des murs et cloisons, ils doivent être mis dans des conduits spécifiques appelés canalisations ou fourreaux. Il est souhaitable de connaître la position de ceux-ci dans l’hypothèse de travaux.
  • Les prises sont conçues pour prévenir les dangers liés à un contact accidentel d’une partie du corps de l’occupant avec l’installation électrique lors de la manipulation des prises.
  • Les prises de courantdoivent être équipées d’une broche de terre qui permet leur liaison à la terre. Ce dispositif est une protection indispensable en cas de défaut d’isolement sur un circuit ou un appareillage.

    Attention : parfois, les prises de courant sont bien équipées d’une broche de terre mais celle-ci n’est en fait pas reliée à la terre ! Il faut le faire vérifier par un électricien qualifié.

Dans les installations électriques anciennes, l’absence de mise à la terre sur un ou plusieurs circuits peut être compensée par la protection par dispositif (disjoncteur différentiel) à haute sensibilité (30mA) du ou des circuits concernés. Ce n’est qu’une mesure compensatoire, dans l’attente de la réalisation effective des travaux de mise à la terre par un installateur qualifié.

Toutes les prises du logement (jusqu’à 32A) doivent être du type à obturation. Ces prises sont dotées d’un système intégré au socle qui est destiné à empêcher l’introduction d’un objet dans une seule alvéole et assure ainsi notamment la protection des enfants.

  • Les prises de courant doivent être réparties de manière régulière dans la pièce afin de laisser une plus grande liberté d’aménagement et d’éviter les fils électriques volants, les rallonges.
  • Les socles des prises de courant doivent être bien fixés et ne pas s’arracher quand on débranche un cordon d’alimentation. Elles doivent être au minimum à 5cm du sol (prise de courant jusqu’à 20A) et à 12cm minimum pour les prises de courant de plus de 20A.
  • Ces hauteurs minimales facilitent la connexion et la déconnexion des cordons d’alimentation et mettent les prises à l’abri des chocs (coup de pied) ou des projections d’eau (passage de la serpillère).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :